Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 16:38

Cocteau est un des artistes qui a aimé Menton, y a séjourné et a laissé son empreinte sur le bastion et a commencé à peindre la salle des mariages.

On peut aimer ou discuter son style que certains pensent plus proches des coloriages des élèves de nos maternelles mentonnaises que des fresques historiques de notre Basilique. Nous apprécions son film "la bête et la bête" mettant en scène son compagnon Jean Marais. Un documentaire récent d'Arte retrace cette union homosexuelle entre eux deux.

La municipalité actuelle de Jean-Claude Guibal a souhaité rassembler ses oeuvres (ou présumées telles, car certaines laissent subsister un doute sur leur auteur) dans une sorte  de hangar moderne en béton qui détone au pied de notre vieux village.

Cet abri à oeuvres appelé musée Cocteau n'est guère fréquenté. Hormis les sorties scolaires peu de vrais Mentonnais sont allés regarder de près cette collection de poteries et dessins divers. Il est fréquent aussi de voir sur des sites de vente aux enchères ou dans nos brocantes des assiettes en terre avec une signature de Cocteau et un vague dessin stylisé. Nous laissons cette querelle aux experts d'art n'ayant ni les compétences, ni le temps pour trancher.

Or depuis le décès d'un de ses compagnons, le couturier Pierre Bergé se retrouve exécuteur testamentaire de Cocteau. Il veut magnifier cet hommage du cinquantenaire. Nous connaissions son engagement contre le mariage traditionnel, sa volonté de vendre le ventre des femmes et son ouvrage très trouble "la vilaine Lulu".

Le journal Libération leur consacre un article intéressant sous le titre "Cocteau le cercle du poète disparu" :

http://www.liberation.fr/culture/2013/10/11/cocteau-le-cercle-du-poete-disparu_938939

Des cérémonies grandioses sont déja prévues à Menton pour le 50ème anniversaire du décès de Jean Cocteau.

Mais avec le temps surgissent aussi des zones obscures de cet artiste à l'occasion de la seconde guerre. Il s'est engagé ouvertement pour la collaboration avec l'envahisseur allemand et italien. Il a écrit dans la Gerbe, (une revue hebdomadaire dirigée par Chateaubriand qui donne la nausée par son contenu), et a encensé l'artiste officiel du Reich allemand Arno Breker, sculpteur d'art collosal, qu'il recevra à Paris en 1942 avec éloges et honneurs !

Voici sa lettre à Arno Breker qui ne laisse planer aucun doute.

cocteau-a-breker.jpg

Sa filmographie laisse transparaitre l'évocation des heures les plus sombres de notre Histoire dans « L’éternel retour » une transposition moderne de la légende de Tristan et Yseult. Les critiques de l’après-guerre du "Daily Express" n’hésiteront pas à écrire en 1945 que « Jean Marais avec ses cheveux blonds d’archange exterminateur, ses bottes de cuir y ressemble plus à un héros wagnérien ou à un SS qu’à un chevalier du Moyen Age. »

Nous préférons conserver de lui le souvenir d'un romancier, poète, homme de théâtre, dessinateur, cinéaste, et céramiste controversé mais doué parfois de génie et oublier cette période sombre de son histoire. Espérant que les cérémonies du 50ème ne fassent pas ressurgir ses vieux démons au pied du musée.

jean-marais-jean-cocteau-L-2.jpeg

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le petit Mentonnais - dans Menton et le reste du monde
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Le petit Mentonnais
  • : Le blog le Petit Mentonnais aborde les thèmes de la vie à Menton (Mentan). Des textes en mentounasc, l'Histoire et la culture mentonnaise. Les agrumes et citrons (liman) de Menton. Nos traditions et notre gastronomie.
  • Contact

Contacter Citronnet

Pour me contacter, veuillez cliquer sur le lien "contact" tout en bas de la page. Oui tout en bas.

Recherche

Pages