Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 janvier 2012 7 01 /01 /janvier /2012 17:46

Dans la pure tradition des crèches, le Petit Mentonnais vous offre un texte en Mentounasc de Jean-Louis Casério publié dans Nice-Matin du 24 Décembre 2011 accompagné par les photos de la crèche du Petit Mentonnais.

 

Juin-2010-5427.JPG

photo © Citronnet :  Crèche de Noël mentonnaise.
Juin-2010-5429.JPG
photo © Citronnet :  crèche de Noël (ou Presépiou)

      Ou Presépiou de maigran Louiséta

 

Ou jorn que maigran Louiseta fasìa ou presépiou, partian dame ela, de ban maten, en campagna per recampà de moufa per fà u predi, de branque de pèure d' ase per fà u aurevìe, de branquete de cedrou per u pi, pere e bausse per e roque. Ma e pu grosse mountagne eran basta fache dame de grosse papìe gris que pintavan de tout' e couroù : rouss, jaun, verd, negre.
Aquelou papìe siervìa tamben a maigran per bastì 'na barma 0 ben 'na stala dam'ou sen pichan tech cubert de coupe fache de cartan rouss. Dintre, carrìa pausà dame pran de gàribou tout' u santi que maigran sourtìa de 'na caisheta, y era : r'ase, ou bou, Jausé e Mari, r'ange Boufaré e are ben largàie, e maishele gounfiàie per soufià ent'a troumbeta, ou campagnolou dam' ou cavagn pien de frucha e de galine, ou « ravi », un belou dugou dam'ou berreten s'a testa e u dou brasse issà en l'ària per moushà a soua jòia. A coustà d'eleu, ou borni e 'n enfantan, e ou boumian que pourtava un capé negre s'a testa e 'na grossa pelissa sus'e spale.
Y era encara ou campìe, dam'un moustasset e a tambara que survelhava tout à r'envirou. Se vehìa ou varlet, e bartele e a gravata roussa, menà un ase carregà de couarbe de gran. Pu luegn, Bartoumé, ou pescahoù, a caisha piena de belu peishe dou pais e Fineta, a doulheta s'a testa. Badi-Badan, a lan terna en man, fasìa lume a u dou vielhe : Grasset - Grasseta que se dounavan ou brass. Madama de Ligandèo camalava un faish s'a testa e ou chara-mouret
mourava couté e stesoùire dam' a soua màquina ; ou deficìe pourtava un sac de farina s'a spala e caminava davant ou boulangé, a peiscairisa ... e d'autre santi que menavan de regale per r'oferta. Un poc pu luegn de tout aquelu santi, maigran fasìa u predi d'aurevìe a r'entorn, metìan ou pastre dam 'ou sen strop de moutoù e 'na pichouna riana, facha dame de papìe d'argent, que courava da coulina. A coustà, se tenia a bugahiera ; un miralhet fasia un pichan lag douna nouhavan de canarde. Pran en raira, venian u camelu dam' u tre ré. Per elu, ou camen es encà long, Gaspard, Melchior e Balthazar n'arriberan que per r'Epifanìa.

Tout'u anne, maigran Louiseta recoumençava ou presépiou dame quarque santi nòu per ou pu granne pieijé de nautre toute !


La crèche de grand-mère Louisette.

Le jour, où grand-mère Louisette faisait la crèche, nous l'accompagnions, tôt le matin, à la campagne, pour ramasser de la mousse, des branches de thym et de cèdre, afin de confectionner prés, oliveraies, pinèdes. Quelques pierres bien choisies symboliseraient rochers et falaises. Les montagnes, quant à elles, étaient faites de gros papier gris emprunté à l'épicier, ou du papier d'emballage, que nous peignions de toutes les couleurs de l'hiver. On formait une grotte avec une étable et son petit toit de tuiles en carton rouge. On disposait ensuite avec grand soin les santons que grand-mère sortait délicatement d'une vieille boite à chaussures: Il y avait là, l'âne et le bœuf, Joseph et Marie, l'ange Boufaré, les ailes déployées et les joues gonflées, jouant de la trompette, le paysan et son panier garni, le Ravi, avec son béret et ses bras levés au ciel pour manifester sa joie.

Près de lui, l'aveugle et l'enfant, le bohémien et son chapeau noir, la pelisse jetée sur l'épaule. Il y avait encore le garde champêtre, qui surveille les environs, le valet de ferme, bretelles et cravate rouges, qui mène un âne char de blé.
Au loin, Barthélémy, le pêcheur portant une corbeille de poissons, puis Joséphine, une cruche sur la tête. Badin, la lanterne à la main, éclaire les deux vieux: Grasset et Grassetta, bras dessus, bras dessous. Puis c'est Madame de Ligando, qui porte un fagot sur la tête et le rémouleur qui aiguise couteaux et ciseaux. Le moulinier, un sac de farine sur lpaule chemine devant le boulanger et la poissonnière ... et d'autres encore portant cadeaux et offrandes. Dans le fond, au milieu de prairies, grand-mère plaçait letre et son troupeau près d'un ruisseau, coulant depuis la colline, un mince filet d'eau fait d'un ruban de papier d'aluminium (récupédans une tablette de chocolat !).
À té d'une lavandière, un petit miroir simulait un étang, où glissaient quelques canards. Enfin, dans le lointain, les chameaux et les rois mages, Gaspard, Melchior et Balthazar, qui arriveront pour lpiphanie.

Tous les ans, grand-mère renouait avec le même rituel, du « presépiou », parfois enrichi de nouveaux santons, pour la plus grande joie des enfants!

 

JEAN-LOUIS CASERIO -

SAHM06.COM

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le petit Mentonnais - dans le parler Mentonasque
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Le petit Mentonnais
  • : Le blog le Petit Mentonnais aborde les thèmes de la vie à Menton (Mentan). Des textes en mentounasc, l'Histoire et la culture mentonnaise. Les agrumes et citrons (liman) de Menton. Nos traditions et notre gastronomie.
  • Contact

Contacter Citronnet

Pour me contacter, veuillez cliquer sur le lien "contact" tout en bas de la page. Oui tout en bas.

Recherche

Pages